Weegee au Musée Maillol.

Publié

Weegee, photographe-reporter des quotidiens new-yorkais entre 1935 et 1945 s’est fait une spécialité des faits divers sanglants. Drames de nuit, morts violentes, crimes de sang, arrestations musclées. Toutes ces images de la nuit new yorkaise qui hantent l’inconscient des métropoles sont pour la plupart l’oeuvre de Weegee.

Les morts ont les yeux vides, le sang coule entre les doigts, les lunettes brisées ne protègent plus rien, les assassins se planquent derrière leurs mouchoirs. Weegee est sans état d’âme concernant la violence : pas de cadeau pour les tueurs. Il montre également l’amérique de l’appartheid, le confinement des noirs. Deux autres séries parlent de la nuit mais de façon différente. La première évoque les incendies et le combat des pompiers. Des pauvres noirs sont jetés à la rue mais arrivent à garder le sourire devant les flammes.

La seconde est une évocation du sommeil. Comme dit Weegee : à New York, on dort où l’on peut. On retrouve le jeune homme évoquant Macadam Cow boy dans Grand Central, les clodos du Lower East Side, les travelos surpris par le petit jour, les sans-abris pionçant dans un magasin de jouet. Ces images, tendres et brutales, sont malheureusement toujours d’actualité et pas qu’à New York. On notera la puissance des cadrages de Weegee et leur intelligence. Quand une affiche, un panneau, une enseigne de restau trainent près des lieux du shoot, il n’hésite pas à cadrer le texte pour faire sens.

Il s’agit donc de reportage mais également de belle photo et d’intelligence. On peut voir cette exposition, qui commence aujourd’hui, jusqu’au mois d’Octobre au Musée Maillol, rue de Grenelle.

On peut en causer

Publié

Le monde d’après par Jean-Christophe Chauzy / Casterman.

Publié

No limit.

Publié

Les biffins à Evry.

Publié

Honoré dans l’allée verte.

Publié

Dark Matter par Randy Newman / Warner.

Publié

Happy Days par Graham Hurley / Le Masque.

Publié

Memphis...yes, I’m ready par Dee Dee Bridgewater / Sony.

Publié

Circles à Marciac.

Publié

Les Gorgan par Mathieu Pernot.

Publié

Joel Meyerowitz à Arles.

Publié

Eduardo Arroyo.

Publié

Pêche interdite par Denis Flageul / in8

Publié

Honoré toujours vivant.