Nuit sombre et sacrée par Michael Connelly / Calmann-Lévy.

Publié

Harry Bosch travaille toujours dans la réserve à San Fernando mais il ne peut oublier l‘assassinat de la fille d’Elisabeth Clayton qu’il héberge. Du coup, il revient fouiner au LAPD pour se remettre en tête l’esprit régnant à L.A neuf années plus tôt, à la mort de la jeune fille. C’est comme ça qu’il bute sur Renée Ballard qui travaille toujours de nuit au LAPD après ses déboires concernant le harcèlement sexuel d’un supérieur. Un peu comme chien et chat au début, ce curieux tandem décide d’unir ses forces pour retrouver l’assassin de Daisy, la fille d’Elisabeth. Cela dit, Ballard a aussi son job quotidien et Harry se retrouve sous le feu d’un gang de mexicains ultra-violents au point de se balader avec un contrat au cul. L’idée de Michael Connelly de faire se rencontrer sa nouvelle héroïne et son flic à la retraite est bonne et on imagine sans peine une suite à cette aventure. Rappelons que pour créer Ballard, Michaël s’inspire beaucoup des confidences d’une amie, Mitzi Roberts, elle-même flic de nuit au LAPD. C’est d’ailleurs cette proximité de l’écrivain avec les forces de police de L.A qui donne à ses livres cet accent de vérité qu’on trouve rarement chez les auteurs de romans policiers.