Un homme très recherché d’Anton Corbijn.

Publié
Philip Seymour-Hoffman

Il s’agit de l’adaptation du livre éponyme de John le Carré.

A Hambourg, dix ans après le 11 septembre, allemands et américains veillent au grain, s’agissant des immigrés. Surtout les clandestins. Un tchetchène, Issa Karpov, se pointe en ville et, de suite, les services de renseignement flairent un terroriste en devenir. Le chef des services allemands s’intéresse au sujet mais celui qu’il doit faire chuter est un islamiste modéré, spécialiste des ONG et des largages de vivres sur le théâtre des conflits.

Issa Karpov doit être utilisé pour faire tomber le gros morceau. C’est l’idée, mais ce genre de montage ne se termine jamais bien car les flics de base veulent faire du chiffre et c’est marre.

Philip Seymour Hoffman porte ce film de bout en bout. Son monde s’écroule peu à peu, la parole donnée n’existe plus, les allemands sont encore à la botte des américains. Bref, tout ce que l’on sait. Rachel McAdams campe une jeune avocate pleine de compassion et Willem Dafoe, un banquier qui ne veut pas perdre son job. L’ensemble est bien mené par Corbijn, auteur en son temps de Control, un film inspiré sur Joy Division. Celui-ci se situe un peu en deça de La Taupe, concernant les seules adaptations de Le Carré, mais se laisse voir avec intérêt.