Top Ten des oeuvres surévaluées en 2005.

Publié

1. Après le gel par Henning Mankell.
Il n’arrive pas à installer le personnage de Linda.

2 Le petit bleu de la côte ouest par Tardi.
Avoir connu Manchette ne légitime rien.

3. Bireli Lagrène en concerts.
Il chante Elvis Presley, Frank Sinatra et Ray Charles.
Côté guitare c’est pareil : du show.

4. Le petit lieutenant par Xavier Beauvois.
Les flics en sortent encore grandis, comme d’habitude.

5. Palais Royal par Valérie Lemercier.
Gags convenus.

6. Chaos and cration in the backyard par Paul Mc Cartney.
Trop musicien, pas assez pop.

7. Trois jours chez ma mère par François Weyergans.
Deux jours auraient suffi.

8. Billie Holiday par Sylvia Fol.
Survol incomplet sur un sujet connu.

9. Toîles de maître par Hannelore Cayre.
La grâce du premier roman n’est plus là.

10. History of violence par David Cronenberg.
Téléphoné. Beaucoup de bruit pour pas grand’chose.

On peut en causer

Publié

Le diable rebat les cartes par Ian Rankin / Le Masque.

Publié

Janvier noir par Alan Parks / Rivages.

Publié

Irving Penn.

Publié

Le monde d’après par Jean-Christophe Chauzy / Casterman.

Publié

No limit.

Publié

Les biffins à Evry.

Publié

Honoré dans l’allée verte.

Publié

Dark Matter par Randy Newman / Warner.

Publié

Happy Days par Graham Hurley / Le Masque.

Publié

Memphis...yes, I’m ready par Dee Dee Bridgewater / Sony.

Publié

Circles à Marciac.

Publié

Les Gorgan par Mathieu Pernot.

Publié

Joel Meyerowitz à Arles.