Tony Hillerman est mort.

Publié

Je suis très mécontent de la mort de Tony. Je vivais avec ses livres depuis 1986. C’est quelque chose 22 ans. A force de recevoir de mauvais livres, je me disais que le facteur apporterait un petit Hillerman ou bien un Bill James des familles. Et le miracle était là. Je suis devenu accro avec Là où dansent les morts, le premier livre de Tony publié par Guérif mais le second après Le peuple de l’ombre, expédié un peu plus tôt à la Série Noire.

Après, j’ai pris mes habitudes. Moi qui suis plutôt speed côté écriture, je m’octroyais un bain de sagesse, je prenais le temps de remonter un rio asséché avec Tony. Je regardais les nuages à l’intersection des Four Corners, je me sentais vachement Zuni. Ou Navajo. De temps à autre, je compulsais le beau livre édité par Tony et son frère photographe et j’essayais de faire coïncider les images avec une mauvaise carte des réserves indiennes.

Maintenant, c’est terminé. En fait, non. Je vais me remettre à la lecture de Tony, en commençant par Là où dansent les morts et je vais remonter jusqu’au dernier livre publié. Je vais aussi demander à Guérif si Hillerman écrivait des nouvelles, il y a peut-être un nouveau filon à creuser. Bon, rien n’est perdu mais je suis triste quand même.

On peut en causer

Publié

Le monde d’après par Jean-Christophe Chauzy / Casterman.

Publié

No limit.

Publié

Les biffins à Evry.

Publié

Honoré dans l’allée verte.

Publié

Dark Matter par Randy Newman / Warner.

Publié

Happy Days par Graham Hurley / Le Masque.

Publié

Memphis...yes, I’m ready par Dee Dee Bridgewater / Sony.

Publié

Circles à Marciac.

Publié

Les Gorgan par Mathieu Pernot.

Publié

Joel Meyerowitz à Arles.

Publié

Eduardo Arroyo.

Publié

Pêche interdite par Denis Flageul / in8

Publié

Honoré toujours vivant.