The Whites par Richard Price / presses de la Cité.

Publié

Billy est flic dans le Bronx à New York, père de deux enfants et marié à une infirmière. Sur les 50 premières pages de son roman, on essaie d’y voir clair dans le flot d’informations fournies par Price et il faut avouer que le travail est éprouvant. Puis l’histoire se décante. En fait, le livre fait vivre deux intrigues. La première concerne les salauds qui passent à travers le tamis judiciaire et se régalent d’avoir, en plus, roulé la police. Chaque flic a son White. Chaque flic espère qu’un jour ou l’autre le gars finira par faire une erreur qui le conduira définitivement en taule. L’autre histoire concerne la famille de Billy qui doit résister à une menace psychologique émise par un individu, sans qu’on sache ce qui la motive.
Ce livre est l’occasion pour Price de retrouver son cher Bronx et l’intérêt du roman est de plonger à nouveau dans cet univers dur, en souffrance, que l’écrivain construit de livre en livre depuis Clockers. Notons aussi une galerie de portraits qui rappelle celle de The Wire, dont les meilleurs épisodes étaient ceux écrits par Richard.

On peut en causer

Publié

Le diable rebat les cartes par Ian Rankin / Le Masque.

Publié

Janvier noir par Alan Parks / Rivages.

Publié

Irving Penn.

Publié

Le monde d’après par Jean-Christophe Chauzy / Casterman.

Publié

No limit.

Publié

Les biffins à Evry.

Publié

Honoré dans l’allée verte.

Publié

Dark Matter par Randy Newman / Warner.

Publié

Happy Days par Graham Hurley / Le Masque.

Publié

Memphis...yes, I’m ready par Dee Dee Bridgewater / Sony.

Publié

Circles à Marciac.

Publié

Les Gorgan par Mathieu Pernot.

Publié

Joel Meyerowitz à Arles.