Temps noir n° 10 chez Joseph K.

Publié


Déjà le numéro 10 ; comme le temps passe. Cette revue est toujours remarquablement mise en page et imprimée. Le numéro 10 propose un dossier fort copieux consacré à Pierre Véry par Jacques Baudou, le père d’Enigmatika. Ce qui m’a bluffé, c’est la filmographie de Véry. J’en étais resté aux Disparus de Saint-Agil mais j’avais du retard. Jim Nisbet est interviewé par Deloux et Delouche. Rappelons ses principaux livres chez Rivages : Les damnés ne meurent jamais, Injection mortelle, Le démon dans ma tête, le chien d’Ulysse. Oppel aime beaucoup Nisbet, ça devrait lui plaire.

Un peu plus loin, le même Nisbet présente une étude rapide sur Jean Patrick Manchette. C’est sympa mais je préfère le livre de Gérault. Un autre point fort concerne Olivier Balez, graphiste, illustrateur et bande- dessineur qui a bossé sur Le Poulpe, pour le Seuil et Flammarion, notamment. C’est une bonne idée de présenter un graphiste d’autant que les collaborations écrivains-dessinateurs se multiplient. Un peu plus loin, Jean Paul Colin entame un cri d’amour à l’attention d’Albert Simonin en trouvant des excuses à la collaboration de l’écrivain car il était collabo "de gauche". On peut sourire. J’aime bien Colin mais faut se calmer. Enfin, la revue s’ouvre à l’actualité du polar avec de nombreuses infos qui seront développées dans les prochains numéros. J’oubliais les chroniques de livres : Jean Marc Laherrère adore en général tous les livres que je déteste. D’une certaine façon, ça peut avoir valeur indicative. Achetez cette revue, elle est vraiment bien faîte.

La semaine prochaine je parlerai de Shangaï Express numéro 2.