Serge Leblon / Vanishing / La B.A.N.K

Publié

Ce photographe belge est né en 1964. Après des études à l’Insas, il travaille dans le photo-reportage puis passe à la photo de pub et à la photo de mode. Les campagnes pour Azzaro, Cacharel, Isabelle Marant se succèdent et, parallèlement, il publie dans les magazines de mode.

La B.A.N.K présente le travail plus personnel du photographe. On connaît la chanson : ceux qui viennent de la pub font de très mauvais photographes de recherche et s’inscrivent rarement dans l’Art en mouvement.
Leblon contourne l’obstacle avec une vraie démarche de créateur. Il propose des photos floues, effectuant la mise au point sur un détail sans intérêt de l’image. On a l’impression d’être placé dans le viseur d’une carabine quand l’arme tarde à se focaliser sur la cible. Ces photos, neutres en apparence, indiquent qu’elles sont en attente d’évènement. La silhouette va-t-elle tomber, la voiture exploser, la cadavre apparaître derrière la haie ?

Un journaliste a bien noté cette relation au polar, quand le personnage ne décèle pas la présence du tueur. Ces visuels sont en attente de fiction et leur provenance paraît indécise. Pourtant, dans le magazine Double, Leblon n’hésite pas à nommer les lieux de ses shoots : Ostia, Miami, Rio, Las Vegas, San Francisco, Kiev, Johannesburg etc... Mais il n’étale pas sa science de touriste. Ces photos impalpables sont visibles jusqu’au 20 octobre, 42 rue Volta, 75003, Paris.