Schnock numéro 1.

Publié
schnock

Il s’agit d’une revue consacrée aux vieux de 27 à 87 ans. Elle est donc pour moi. On nous parle des stars du passé, des mots du passé, des manies du passé. Le Grand Dossier est consacré à Jean Pierre Marielle qui fait la couverture. Avec un focus sur le film culte "Les Galettes de Pont Aven". Démonstration du parapluie, nom de dieu de bordel de merde, la moustache dans l’entrejambe, la petite c’était une oie blanche, et Kennavo avec bérêt breton histoire de presser les seins de Marie. Un acteur culte et un très bon dossier. Le second morceau de bravoure est la fausse interview d’Eddy Mitchell par Alister, un monomaniaque de l’ex-chaussette. Il a tout noté, tout lu, tout entendu. Alister propose une approche de la star en se posant notamment des questions graves sur les inclinaisons politiques dudit. A la fin du papier, le rédacteur suggère un best of des trésors cachés. Avec en numéro un, "De ville en ville", l’adaptation du morceau de Nilsson. J’aurais plutôt choisi "Chaque matin il se lève".

A part ça, les confessions d’un Collaro boy, une visite chez Cizia Zykë, qu’on avait oublié il faut l’avouer, les années Actuel de Kouchner. Dans les chroniques de fin, on trouve "Labour of lust" de Nick Lowe, franchement vintage mais excellent. La mise en page est OK et l’illustration de couverture plagie celles qui faisaient fureur dans les pubs US sixties. Editions La Tengo. 14 euros, un régal.