Roland Topor ou le rire étranglé par Frantz Vaillant / Buchet Chastel.

Publié


Il s’agit d’une biographie concernant l’un des artistes les plus importants du 20eme siècle. On y retrouve le petit Roland aux Beaux Arts, un peu trouillard en 68, à Hara Kiri, agaçé par les manigances Bernier-Cavanna pour ne pas payer les dessinateurs. On y voit les débuts de Roland comme écrivain, scénariste et dessinateur de La Planète Sauvage, scénariste à nouveau pour Les Malheurs d’Alfred qui ne restera pas dans l’histoire du cinéma. Topor, co-inventeur de Panique, copain avec Arrabal (ah, les comptines sixties ...), parolier à ses heures, premier fan de son père Abram.

Bref, Roland est partout et c’est bien d’avoir réuni tout cela dans un volume. Ce que j’attendais, en fait, c’était une bio mettant en avant la vie privée de Topor, ses amitiés, ses nuits arrosées, ses amours. Bref, la bio totale mais ceci n’intéresse manifestement pas le biographe. D’autre part, comme chacun sait, Topor a beaucoup créé et son oeuvre mériterait d’être regardé avec un point de vue critique, ce qui n’est pas le cas non plus dans cet ouvrage. Pour ma part, et modestement, je pense que Topor fut un dessinateur immense et un petit écrivain. Qu’il se soit également amusé à écrire des chansons et des scénarios de troisième ordre ne me gène pas car il faut bien manger mais il est bon d’opérer des rangements au sein d’une oeuvre aussi protéiforme.

Dernier point concernant la maquette : les renvois en bas de page sont éprouvants à lire. Pourquoi ne pas avoir collé tout cela à la fin du volume ? Je vais terminer sur une anecdote. La dernière fois que je vis Topor, nous étions à un dîner en ville. Il fut malencontreusement placé face à Gonzague Saint Bris. Roland ne put attendre le dessert et, dès les entrées servies, apostropha Gonzague : " Vous savez, j’ai horreur de ce que vous faîtes". Puis, soulagé, il fit honneur au repas et nous régala de mille histoires. A la sortie du dîner, il prit place sur le siège passager d’un scooter conduit par Marie Binet. Il casa sa grosse tête sous un gros casque et partit dans la nuit en ricanant. Je ne le revis plus jamais.