Rock en vrac par Michel Embareck / L’Ecailler.

Publié
Michel Embareck

Michel Embareck, ancien journaliste à Best, a regroupé des papiers parus dans ce magazine ou dans Rolling Stone. La plupart des textes concernent le rock, exceptés des chroniques de rencontres ou portraits d’écrivains de polar US.

Embareck est malicieux et parvient à se moquer des gens sans méchanceté, son style n’est pas ennuyeux et il sait le doper par rapport à ses sujets. On croise dans ce livre des avions qui n’arrivent pas (le quotidien du rock critic), un Gainsbourg approximatif sur Kingston, un Bo Diddley sans surprise, la Nouvelle Orléans de Burke magnifiée avant Katrina et un Memphis documenté par un nostalgique des studios Stax. Bien d’autres choses encore mais je ne vais pas énumérer le sommaire.

La différence entre notre homme et un journaliste lambda, c’est l’écriture. On devine à lire ces chroniques qu’Embareck a fait plus. Effectivement, il est l’auteur de plusieurs romans noirs. On a souvent constaté aux US que certains grands du roman noir avaient fait leurs classes dans des quotidiens. Et pour certains à la rubrique sportive. Ce qui nous renvoie à l’écrivain-journaliste, chroniqueur rugby à Libération.

Il faut picorer dans ce livre qui, je le signale, n’est pas un ouvrage théorique mais un livre de fan. Ce qui n’exclut pas la justesse des propos.