Règle n°1 par Robert Crais / Belfond.

Publié
robert_crais

Frank Meyer, ex-mercenaire reconverti dans l’entreprise rangée des voitures, est assassiné en compagnie de sa femme et de ses deux enfants. La nounou du dernier y passe également. Joe Pike, le comparse d’Elvis Cole, est rapidement sur le coup car Frank fit longtemps partie de l’équipe de Joe.

Du coup, Crais fait le choix de Joe Pike comme personnage principal de son roman, Cole n’étant là qu’en soutien. Rapidement, l’enquète parallèle à celle des flics menée par Joe se dirige vers les méchants serbes installés aux US. Ils volent tout le monde, ils mettent leurs nanas au tapin, ils importent des armes et ils s’entretuent de façon très cruelle. Sans frémir, nous nous rangeons derrière la bannière de Joe, qui tue volontiers, mais pour la bonne cause, comme tous les bidasses américains. Joe Pike, machiavélique, tend des pièges aux serbes qui sont cons comme des manches et sauve à la fin un personnage que je n’ai pas nommé mais que vous découvrirez si vous achetez ce livre.

Avec Elvis Cole, Crais se lâche beaucoup plus. Joe Pike est un dur au regard d’acier qui ne sourit jamais et plaisante encore moins. Donc, ce roman nous paraît outrageusement sérieux concernant une intrigue qui ne surprend personne car depuis quelque temps, au cinéma et dans le roman américain, l’ennemi est passé à l’Est mais installé dans le monde libre de l’Amérique éternelle. A part ça, c’est bien mené, pas de subtilités d’écriture mais pas non plus d’erreurs évidentes. Du boulot de professionnel. Cela suffit-il encore pour déclencher l’achat ?