Question d’éthique par Bill James.

Publié
bill james

Colin Harpur, flic et garçon volage, est amoureux d’une étudiante nommée Denise. Parallèlement, renseigné par ses indics, il monte une souricière contre un braquage programmé. Martin Webb, rejeton un peu juste côté citron d’une famille de truands, est tué pendant l’intervention policière ce qui déplaît fortement à son père qui n’a plus qu’une idée en tête : se venger. Et Denise se prend d’amitié pour la maîtresse de Jack Lamb, le marchand de tableaux et aussi le meilleur indic de Colin.

Les truands sont des gens simples et, d’autorité, classent Denise dans l’engeance policière responsable de la mort de Martin.
Il faut voir comment Bill James trousse les dialogues entre Jack et sa mère, entre Colin et Denise et entre les gangsters entre eux. Ceux-ci ne sont jamais à court d’idées stupides pour ramasser la galette. Evidemment, Iles, le supérieur de Colin, se régale à coups d’allusions sexuelles et le vieux Lane, responsable du commissariat, se fait balader comme d’habitude par les deux précités. Bonne histoire, écriture impeccable et humour. Bill James, qui a dépassé les 80 ans, écrit comme un jeune homme vif et malicieux.