Piranhas de Claudio Giovannesi.

Publié

Nicola et ses copains napolitains sillonnent les rues de la cité, essayant de se faire une place au sein des différentes familles camoristes. Ce qui est en jeu : l’argent et le pouvoir. Pour y arriver, il faut se battre pour tenir les coins de deals et posséder des armes pour se faire respecter.
Tout ceci était à l’œuvre dans le livre du même titre de Roberto Saviano. Mais Saviano nous en donnait beaucoup plus. Notamment au plan social et dans la complexité relationnelle des enfants avec leurs familles. Je n’ai pas oublié, aussi, que les gosses s’entrainaient à tirer la nuit sur des migrants. Ce livre réduit à l’état d’un film ne propose qu’un sujet moyennement traité, pas une véritable histoire. D’autre part, il souffre de la concurrence de séries telles Gomorra ou la formidable Suburra, filmée avec des moyens énormes, sur un scénario finement élaboré. Ces différences sautent aux yeux à la projection de Piranhas. Présenté à Beaune.