November road par Lou Berney / Harper Collins.

Publié

Franck Guidry, magouilleur à La Nouvelle Orléans, comprend rapidement qu’il en sait trop pour l’un de ses employeurs mafieux, Carlos Marcello. Ce qu’il sait, il le déduit en découvrant à la télé le meurtre de Kennedy à Dallas. Au même moment, Charlotte qui vit à Woodrow en Oklahoma, décide de quitter son époux qui a tendance à boire. Elle emmène ses deux filles, of course, décidant d’orienter sa voiture vers la côte Ouest. Guidry en fait autant car Marcello lui a collé Barone aux fesses, un tueur plutôt en réussite. Tout ce petit monde se rencontrera sur l’autoroute. Une famille recomposée sur l’asphalte peut servir de couverture idoine à un fuyard.
Il s’agit donc d’un road movie. Guidry est sur ses gardes mais commence à imaginer une vie avec Charlotte. La jeune femme n’ose croire à l’amour providentiel avec un homme dont elle ne connait pas grand chose.
Le roman imaginé par Lou Berney est bien mené, bien écrit et comme dans tout roman noir, on voudrait que ça marche. Qu’ils échappent à Barone, que la vie recommence, que les salauds brûlent en enfer. Mais en novembre, les happy end n’existent pas. De très loin, le meilleur roman noir de la rentrée.

On peut en causer

Publié

Jimmy.

Publié

La fièvre de Sandor Jaszberényi / Mirobole.

Publié

Martin et Malet.

Publié

Nicolas et Mouloud.

Publié

Dragged Across Concrete de Craig Zahler.

Publié

Nevada de Laure de Clermont-Tonnerre.

Publié

The miracle of Sargasso Sea de Syllas Tzoumerkas.

Publié

Piranhas de Claudio Giovannesi.

Publié

Prémisses de la chute par Frédéric Paulin / Agullo.

Publié

En attendant le jour par Michael Connelly / Calmann-Lévy.

Publié

Four seasons in Havana.

Publié

Claude Mesplède. 1939-2018. On ne t’oubliera pas.

Publié

Doisneau et la musique.