Millenium par Niels Arden Opley.

Publié

Mikael Blomkvist, journaliste à Millenium, vient de perdre une bataille mais l’industriel vieillissant Henrik Vanger lui propose un job. Il doit rechercher ce qu’il est advenu de la nièce du magnat disparue 40 ans plus tôt.

Mikael, au chômage, accepte et commence à enquêter en Suède par -20% et, même lui, trouve qu’il ne fait pas très chaud. Une jeune femme, Lisbeth, qui avait enquêté sur lui pour le compte de Vanger arrive à pénétrer dans son ordinateur pour l’aider dans son travail. Ils finiront par se rapprocher et mèneront à terme cette recherche qui leur fera croiser l’aile nazie de la famille Vanger.

Le scénario est bien mais classique. Les lecteurs de polar on déjà rencontré ce type d’enquêtes à tiroirs. La réalisation lorgne un peu du côté des US mais conserve une approche européenne de l’image. On nous épargne les effets spéciaux qui foisonnent dans le cinéma américain, c’est déjà ça. En fait ce sont les deux acteurs qui tirent ce film un peu trop long. Lisbeth affiche un look de punk torturée par son enfance et Mikael est, au contraire, un quarantenaire déterminé et classique d’aspect. Bref, pas de quoi fouetter un chat mais pas de quoi non plus crier à la platitude. Dans ce domaine, les américains nous fournissent par tombereaux.