Loin du monde par David Bergen / Albin Michel.

Publié
david bergen

Nous sommes dans l’Ontario en 1973. Raymond Seymour, indien Ojibwé de 18 ans, vit comme caddie sur un parcours de golf. Amoureux d’une blanche, il est viré du bled par l’oncle, un flic raciste nommé Hart. Lizzy Bird, une jeune blanche de 17 ans, débarque au "Refuge", sorte de camp de vacances tenu par un toubib aux théories fumeuses. Sa position dans le camp lui permet aussi de draguer les vacancières. Lizzy est donc là, avec ses frères et ses parents qui sont en phase de pré-rupture. Raymond, qui fournit le camp en poulets, et Lizzy se rencontrent, s’aiment un peu, couchent ensemble.

Mais Raymond est indien à vie. L’apparition de son frère, le retour de Hart ainsi qu’une grève indienne sur le parcours du golf l’obligent à se voir définitivement en opprimé. Idéaliste, complexe et sentimental, le jeune homme décide d’agir.

David Bergen a du talent. Il conduit son affaire consacrée au racisme, à l’idéal adolescent et aux liens familiaux avec une subtilité formidable et un sens de la suggestion étonnant. Peu de descriptions mais une attention aux gestes, à ceux que l’on retient, nous tirent en avant comme une intrigue grand public pourrait le faire. Il faut voir comment sont décrits les rapports de Lizzy avec ses frères, ceux des frères entre eux et ceux des enfants vis à vis des parents. Car les plus patauds et les moins limpides sont bien les adutes qui ne sortent pas grandis de ce roman. Bergen a publié trois autres livres dans cette collection Terres d’Amérique : Une année dans la vie de Johnny Fehr, Juste avant l’aube, Un passé envahi d’ombres.