Little America par Henry Bromell / Gallmeister.

Publié

Terry Hopper, la cinquantaine, essaie d’écrire un livre historique sur un petit royaume arabe, le Korach, proche de l’Egypte et de la Syrie. Il est très concentré sur l’année 1958 car son père, Mack, représentait la CIA, donc l’Amérique, auprès du souverain. En commençant ce livre, Terry sait très bien que c’est la bio secrète de son père qu’il essaie d’écrire. Le livre est donc composé d’allers-retours entre le fils qui ne parvient pas à faire parler son géniteur sur sa vie d’espion et le passé qu’il reconstitue avec les archives de Langley.
Le Korach, en 1958, s’est jeté dans les bras de l’Amérique car l’argent manquait et, parallèlement, les américains avaient besoin d’un contre pouvoir dans la région enflammée par le discours anti-capitaliste de Nasser. Mack Hopper devient comme un ami et un confident auprès du jeune roi et cette relation est au coeur du livre.
Henry Bromell a écrit un livre intelligent, d’une grande finesse et qui réussit à regarder le monde de l’époque avec les yeux de celui qui connait la fin de l’histoire. Comme dans un roman d’espionnage de qualité, ça ne bouge pas beaucoup mais c’est l’écriture et les sentiments qui apportent le mouvement à cette quête de vérité. L’auteur a collaboré à la série Homeland.