Les mauvais joueurs par Frédéric Balekdjian (DVD TF1 vidéo).

Publié

Dans le quartier du Sentier, à Paris, trois arméniens survivent grâce au bonneteau et à certaines magouilles ayant à voir avec la confection. Vahé est amoureux d’une chinoise dont le frère, Yuen, est un clandestin sans papiers. Yuen perd les pédales et l’arménien décide de soutenir cet adolescent à qui il reconnaît le droit de se tromper. Les antagonismes s’exacerbent mais on comprend rapidement que cet univers de parias ne bougera pas.

Les acteurs sont parfaits et, en prenant le parti de ne pas montrer de français, le réalisateur ne se trompe pas. Curieusement, les nationalités n’ont plus cours : arméniens et chinois peuvent s’aimer et les arméniens se déchirer entre compagnons d’infortune. Le Sentier est omniprésent sans verser dans le décor misérabiliste, ce qui est bien. Ce qui me gêne dans ce film c’est l’hésitation de Balekdjian à choisir entre documentaire et film noir. L’histoire progresse de façon impressioniste et le réalisateur ne mégote pas sur l’ellipse. S’il s’agissait d’un véritable film noir on pourrait dire que l’intrigue avance un peu à la feignasse. Cela étant, un charme opère et on accompagne volontiers ces trois arméniens qui imposent et subissent la loi de la rue.