Les Visages par Jesse Kellerman / Sonatine.

Publié
Jesse Kellerman

Ethan habite New York et fait partie des directeurs de galeries d’art branché. Son père, richissime, mais qu’il déteste, possède un ensemble immobilier et, dans cet ensemble, Ethan met la main sur une multitude de dessins, oeuvres de Victor Cracke, disparu dans la nature. Ethan expose les oeuvres et les vend très bien. Un vieux flic le contacte alors pour lui expliquer que sur certains dessins, les visages de plusieurs enfants, violés et tués voici quelques années, apparaissent. Alors qu’en fait aucun lien ne les unissait, exception faite de leur mort violente. Partant de là, Ethan bouleverse sa vie et part à la recherche de Victor Cracke. Une seconde narration nous décrit la naissance et la vie de la famille Muller, patronyme d’Ethan. Les deux histoires finiront par se rejoindre. Ce qui pouvait au départ apparaître comme un livre sur la création plastique est beaucoup plus une dissection d’une dynastie du fric et du pouvoir.

Jesse Kellerman est plus doué que ses parents. Ce roman, passionnant, remarquablement documenté, nous indique des fausses pistes sans insister mais cette construction -présent vers le passé et passé vers le présent- est formidable. Kellerman est un écrivain possédant une bonne écriture, ses personnages sont bien campés et le sujet est vraiment original. Le livre a paru en octobre mais il est disponible car les libraires le suivent.