Les Krims chez Baudoin Lebon jusqu’au 21 avril.

Publié

Les Krims est né en 1942 à Brooklyn. Sa première exposition en France eut lieu en 1974. Il propose depuis de nombreuses années des photographies à la mise en scène décalée. L’aspect final est de l’ordre du baroque, du surréel. Il s’agit d’une exaspération du rève américain dont Krims offre une vision grinçante. Des éléments incongrus cotoient des personnages ou viennent parfois s’imposer en surrimpression. Il y a donc dans cette oeuvre un travail à l’ordinateur qui prolonge celui du protographe. Ceci, malgré l’avis de presse qui dit le contraire. Pourquoi dans ce cas sortir des images sur une imprimante Epson ? A propos d’imprimante, il faut noter le côté cru des couleurs qui rappelle par moments les images, surcolorées elles aussi, de Martin Parr. La dérision et le rire de Krims ne sont pas loin de ceux appartenant à Parr qui a remis en mémoire les camps de vacance des années cinquante.

Ici, nous sommes dans l’American Way of Life sous hallucinogènes. Les Krims est un artiste intéressant et rare.

On peut en causer

Publié

Le monde d’après par Jean-Christophe Chauzy / Casterman.

Publié

No limit.

Publié

Les biffins à Evry.

Publié

Honoré dans l’allée verte.

Publié

Dark Matter par Randy Newman / Warner.

Publié

Happy Days par Graham Hurley / Le Masque.

Publié

Memphis...yes, I’m ready par Dee Dee Bridgewater / Sony.

Publié

Circles à Marciac.

Publié

Les Gorgan par Mathieu Pernot.

Publié

Joel Meyerowitz à Arles.

Publié

Eduardo Arroyo.

Publié

Pêche interdite par Denis Flageul / in8

Publié

Honoré toujours vivant.