Les Krims chez Baudoin Lebon jusqu’au 21 avril.

Publié

Les Krims est né en 1942 à Brooklyn. Sa première exposition en France eut lieu en 1974. Il propose depuis de nombreuses années des photographies à la mise en scène décalée. L’aspect final est de l’ordre du baroque, du surréel. Il s’agit d’une exaspération du rève américain dont Krims offre une vision grinçante. Des éléments incongrus cotoient des personnages ou viennent parfois s’imposer en surrimpression. Il y a donc dans cette oeuvre un travail à l’ordinateur qui prolonge celui du protographe. Ceci, malgré l’avis de presse qui dit le contraire. Pourquoi dans ce cas sortir des images sur une imprimante Epson ? A propos d’imprimante, il faut noter le côté cru des couleurs qui rappelle par moments les images, surcolorées elles aussi, de Martin Parr. La dérision et le rire de Krims ne sont pas loin de ceux appartenant à Parr qui a remis en mémoire les camps de vacance des années cinquante.

Ici, nous sommes dans l’American Way of Life sous hallucinogènes. Les Krims est un artiste intéressant et rare.

On peut en causer

Publié

Prémisses de la chute par Frédéric Paulin / Agullo.

Publié

En attendant le jour par Michael Connelly / Calmann-Lévy.

Publié

Four seasons in Havana.

Publié

Claude Mesplède. 1939-2018. On ne t’oubliera pas.

Publié

Doisneau et la musique.

Publié

La guerre est une ruse par Frédéric Paulin / Agullo.

Publié

Un soleil sans espoir par Kent Anderson / Calmann Lévy.

Publié

Onze jours par Lea Carpenter / Gallmeister.

Publié

Le sorcier par Jérémy Bouquin / in8.

Publié

Taupes.

Publié

Honoré. Mai 1968 / Mai 2018.

Publié

Polaroid.

Publié

Pandora 4.