Les Gorgan par Mathieu Pernot.

Publié

Mathieu Pernot étudiait la photographie à Arles en 95. En quête d’un sujet, il jette son dévolu sur une famille rom de la ville : les Gorgan. Sédentaires par obligation car le père s’est fait retirer le permis de conduire, les Gorgan comptent, outre père et mère, huit enfants. La famille l’autorise à les photographier au long cours. Photos intimes, photos d’extérieurs, de fêtes familiales. En 1997, Mathieu expose son travail et publie un livre chez Actes Sud. Puis il part vivre sa vie de photographe qui doit assurer le bifteck. En 2013, Mathieu propose aux Gorgan de reprendre la série interrompue. Ils acceptent. Les fillettes sont devenues de belle filles ou de jeunes mères. Rocky est mort. La mère lit toujours les lignes de la main, le père est parfois en prison et Mickael hurle pour lui parler à travers les grilles. Les enfants naissent, la vie avance et les Gorgan sont magnifiques. Mathieu Pernot a réussi une suite importante qu’il faut voir. Ouvert jusqu’au 24 septembre.

On peut en causer

Publié

Irving Penn.

Publié

Le monde d’après par Jean-Christophe Chauzy / Casterman.

Publié

No limit.

Publié

Les biffins à Evry.

Publié

Honoré dans l’allée verte.

Publié

Dark Matter par Randy Newman / Warner.

Publié

Happy Days par Graham Hurley / Le Masque.

Publié

Memphis...yes, I’m ready par Dee Dee Bridgewater / Sony.

Publié

Circles à Marciac.

Publié

Joel Meyerowitz à Arles.

Publié

Eduardo Arroyo.

Publié

Pêche interdite par Denis Flageul / in8

Publié

Honoré toujours vivant.