Le rocher avec des ailes de Anne Hillerman / Rivages.

Publié

J’avais apprécié le premier livre d’ Anne Hillerman, La fille de Femme-Araignée. Avec celui-ci, Le rocher avec des ailes, elle poursuit dans la veine de son père en reprenant certains personnages et des lieux qu’il a révélés au monde. Je parle de la région des Fours Corners ou vivent plusieurs tribus indiennes.
Anne continue donc à mettre en avant Bernadette Manuelito, agent de la Police Navajo et mariée à Jim Chee. Elle fait donc un pas de côté en féminisant le héros principal. Pourquoi pas ? Le problème ici tient au fait que la fille s’écarte des normes qui faisaient la grandeur des livres du père. Une écriture serrée. La magie des lieux. La lenteur du récit en contradiction avec l’hystérie du polar lambda. Et aussi la capacité de Tony à serrer la focale sur cette nation Navajo. Anne Hillerman s’en écarte et banalise son récit, les lieux et les personnages. Manuelito passe un temps fou à s’occuper de sa mère, de sa soeur qui veut changer d’école et qui picole. Jim Chee est requis par un cousin qui monte une affaire de tourisme photographique. Le jeune couple part en vacances comme n’importe quels péquins et Chee fait du remplacement pour vérifier qu’un tournage hollywoodien ne porte pas atteinte au sol de la réserve. Il côtoie donc un monde ordinaire. Manuelito parle souvent du Web et installe un ordi chez Leaphorn. Bref, le mystère des lieux et celui de cette nation indienne, le secret, omniprésents chez le père, sont remplacés par une vie et un décor d’américains moyens qui renvoient à ceux du lecteur. L’écriture a perdu aussi en densité pour narrer d’un ton aimable les intrigues parallèles du livre qui, c’est à noter, sont la tarte à la crème des romans policiers contemporains. Je ne dirai rien sur les dites intrigues car Tony Hillerman, c’était beaucoup plus que des intrigues. Un roman à contourner en attendant le suivant.

On peut en causer

Publié

En attendant le jour par Michael Connelly / Calmann-Lévy.

Publié

Four seasons in Havana.

Publié

Claude Mesplède. 1939-2018. On ne t’oubliera pas.

Publié

Doisneau et la musique.

Publié

La guerre est une ruse par Frédéric Paulin / Agullo.

Publié

Un soleil sans espoir par Kent Anderson / Calmann Lévy.

Publié

Onze jours par Lea Carpenter / Gallmeister.

Publié

Le sorcier par Jérémy Bouquin / in8.

Publié

Taupes.

Publié

Honoré. Mai 1968 / Mai 2018.

Publié

Polaroid.

Publié

Pandora 4.

Publié

Libération 68.