Le bibliothécaire par Larry Beinhart / Gallimard (SN).

Publié


David Goldberg, bibliothécaire rêveur, est embauché en free-lance par Alan Stowe, vieux promoteur pourri de fric et de pouvoir occulte. Celui-ci, à l’automne de sa vie, lui demande de mettre en ordre ses papiers dans sa propre bibliothèque. Mais autour de Stowe des politiciens de droite, flanqués d’hommes de main officiels, ont très peur qu’un bibliothécaire découvre tous leurs méfaits et les gens qu’ils ont achetés ou spoliés au fil des ans. Au même moment Scott, président sortant du pays et Murphy, ex-infirmière, sont dans la dernière semaine avant l’élection au poste suprême. Un fauteuil qu’ils briguent. Evidemment, les deux intrigues se croiseront.

La plume de Larry Beinhart est burlesque et Scott-Bush est présenté comme le roi des imbéciles, manipulé par ceux qui commandent vraiment : les riches, bouffis de haine contre l’avortement, les Noirs, les femmes et tout ce qui peut ressembler à la liberté.

Le trait est outré mais l’écrivain mène sa barque avec bonne humeur et on retrouve dans ce livre l’habileté hénaurme qu’il déployait dans Reality Show (Des hommes d’infuence, au cinéma). Il est sympathique que ce livre hargneux soit écrit par un américain.