Le Vieux Saltimbanque par Jim Harrison / Flammarion.

Publié

Un mois avant sa mort, Harrison publiait ce livre de souvenirs. L’écrivain ne veut pas trop s’impliquer et choisit de narrer à la troisième personne, ce qui ne gêne pas la lecture. Curieusement, il ne cherche pas à grandir son image mais plutôt à montrer un quotidien assez ordinaire avec les brouilles du couple, le maternage des cochons (interminable), sa drague permanente de jeunes étudiantes, son incapacité sexuelle, l’heure venue. On retrouve l’écrivain dans son rapport à la nature, à la bouffe, au bon vin. Il redit que son succès en France lui a sauvé la mise durant une période creuse et se présente surtout comme poète. On trouve aussi quelques retours à l’enfance, à l’adolescence, à la perte de son oeil mais tous ceux qui fréquentent l’homme ou l’écrivain connaissent la plupart de ces strates autobiographiques. Il ne s’agit donc pas d’un livre indispensable mais d’un ultime tour de piste touchant et sans prétention.