Le Poulpe court toujours / Baleine.

Publié

Quand Jean-Bernard Pouy a lancé la collection du Poulpe, il m’a contacté comme beaucoup d’autres. J’ai refusé car la bible de cette série était trop contraignante et elle me rappelait celles des chaînes de télévision. Je sortais de la télé, je voulais passer à autre chose. Dernièrement, à l’occasion de la Fureur du Noir, à Lamballe, la Noiraude (un fonds de nouvelles) et le festival ont lancé l’idée d’un livre comportant 9 nouvelles consacrées à Gabriel Lecouvreur, couverture Miles Hyman et look de la collection. Il s’agissait de fêter les 20 ans du festival lamballais.
J’ai donné un texte, ayant digéré mes années télé. J’y traite de l’avant-Poulpe et du jour de sa naissance. La nouvelle de Jean-Patrick Muller est vive et bien menée, Jean-Bernard s’est lancé dans un exercice de détestation du Poulpe qui lui convient bien (c’est un faux ronchon) mais la palme revient au texte de Pascale Dietrich titré Bascoulard, du nom de l’artiste installé à Bourges et habillé le plus souvent en femme. Il fut assassiné, évidemment, mais au-delà du personnage, je me souviens avoir vu ses beaux dessins d’une précision médicale consacrés à sa ville d’élection. C’était dans une expo à La Halle Saint-Pierre à Paris. Il côtoyait Topor, pour vous situer le niveau.
Pour acheter ce livre sympathique vous contactez : http://fureurdunoir.info/