La défense Lincoln par Michael Connelly / le Seuil

Publié

Mickey Haller est avocat et son père lui a enseigné qu’il est préférable d’avoir un client coupable plutôt qu’innocent. S’il se retrouve en taule, point besoin d’autoflagellation pour l’avocat puisque le mec est coupable. Les clients de Mickey sont donc en majorité des enfoirés de récidivistes qu’il protège de sentences trop lourdes. Toute la lie de la société défile dans son bureau tenu par son ex-femme et la clientèle est toute trouvée puisque nous sommes à L.A.

A quelques années de distance deux évènements se produisent dans la vie de l’avocat : il pousse Jésus Menendez à plaider coupable et il accepte de défendre Louis Roulet, un agent immobilier accusé d’avoir blessé sauvagement une prostituée. Voilà pour l’intrigue de base.

Nous avions laissé Connelly du côté du tiroir-caisse : comment empiler la thune en déclinant l’inspecteur Bosch dans toutes les situations possibles. Les égouts de Los Angeles et La glace noire sont de vieux souvenirs mais avec ce roman, Connelly propose un regard différent sur la Cité des Anges. Sur les hommes aussi. Haller est un démerdard, combinard, qui fait dans la petite arnaque, la drogue petit bras. Il est sans illusions : vive les coupables, c’est plus simple. Son ami détective privé est un privé de l’ère moderne ; il bosse pour des avocats et se renseigne aussi bien sur les clients que sur les accusateurs. Son quotidien est peuplé d’écoutes, de vérifications, de filatures éprouvantes. Bref, ça sent la sueur mais tout cela pue aussi la vérité à plein nez.

Evidemment, l’intrigue centrale est hautement improbable mais nous sommes dans la fiction et ça passe. A choisir, je préfère un avocat à la Connelly plutôt qu’un avocat estampillé Grisham. Celui de Connelly patauge sans vergogne dans la merde quand celui de Grisham se pose en héros éternel. Donc, cette Défense Lincoln est recommandable.

On peut en causer

Publié

Le monde d’après par Jean-Christophe Chauzy / Casterman.

Publié

No limit.

Publié

Les biffins à Evry.

Publié

Honoré dans l’allée verte.

Publié

Dark Matter par Randy Newman / Warner.

Publié

Happy Days par Graham Hurley / Le Masque.

Publié

Memphis...yes, I’m ready par Dee Dee Bridgewater / Sony.

Publié

Circles à Marciac.

Publié

Les Gorgan par Mathieu Pernot.

Publié

Joel Meyerowitz à Arles.

Publié

Eduardo Arroyo.

Publié

Pêche interdite par Denis Flageul / in8

Publié

Honoré toujours vivant.