L’escorte par Anne Secret / Fayard

Publié

Vanina s’entraîne au révolver dans un stand versaillais. Un ex-avocat de gauche la remarque et lui propose un job de garde du corps car il doit enclencher un dialogue à Berlin avec un membre de l’ex-Stasi. Ils sont pris en chasse avant même d’avoir commencé à travailler ensemble. Evidemment, elle a l’âge d’être sa fille mais l’amour n’a rien à faire ici. Entre l’avocat proche de Baader et la jeune fille née en avril 68, l’incompréhension frôle en permanence l’affection.

Ceux qui croient avoir affaire à un pavé genre Le Carré, Henry Porter voire Joseph Cannon, seront déçus. Le livre n’est pas très épais et l’intrigue assez improbable. Cela dit, on ne lâche pas ce bouquin remarquablement écrit. Le style glaçé d’Anne Secret correspond parfaitement au sujet. Nous sommes ici dans l’allemagne réunifiée. Ceux de l’Est sont persuadés avoir vendu leur âme au diable capitaliste quant aux allemands de l’Ouest, ils regardent d’un sale oeil ces emmerdeurs qui viennent allonger les files de chômeurs. Berlin est froide, la brume noie le décor et une pluie fine transperce les épidermes. Tout est simple mais rien n’est simple. Ce monde d’apparences ne propose aucune solution d’avenir. Quant au quotidien, il est plombé et les morts sont à peine regrettés. Pour cette évocation réussie et la qualité de son écriture, il faut acheter le livre d’Anne Secret qui est une des réussites de la collection conçue par Patrick Raynal.