L.A.Byrinthe par Randall Sullivan / Rivages Rouge

Publié

Russell Poole, flic au LAPD, enquète sur une fusillade intervenue entre deux policiers dont l’un est infiltré dans le monde du gangsta rap. Il est tué mais, en douce, personne ne le regrette sauf les flics blacks de mauvaise foi, traumatisés par l’affaire Rodney King. Durant l’enquète, les noms de Suge Knight, patron du label Death Row Records, et ceux de Tupac Shakur (photo) et Notorious Big apparaissent plusieurs fois. Ces deux derniers assassinés par le milieu gangsta.

Poole découvre également que tous les gros bras du gangsta rap sont originaires des Bloods et des Crips, les deux gangs les plus saignants que la Californie ait jamais connus. L’homme important derrière le gangsta, c’est Suge, ex-dealer, ex-homme de main et présentement patron d’un label maniant l’intimidation et la baston pour faire signer les grandes figures du rap. Certains patronymes apparaissent, tels Dr Dre et Snoop Dog qui n’ont pas hésité à une époque à rouler pour Suge qui, de fait, est un gangster, point barre.

Cette plongée dans l’univers du gangsta rap peut paraître fastidieuse car des noms apparaissent, disparaissent et reviennent mais le reportage de Sullivan, journaliste à Rolling Stone, est de haut niveau et remet à leur place de nombreux mythes. Evidemment cela n’enlève rien au talent inouï d’un Dr Dre, par exemple, mais il est bon de savoir que tous ces types qui possèdent 10 voitures dans leurs garages ne sont pas des anges.

Notre attitude de base pro-black en prend un coup également quand on voit comment les Noirs du LAPD ont protégé Suge durant de longues années : mensonges, dissimulations, crimes passés aux profits et pertes. On est loin des flics sympathiques rencontrés dans les romans de Connely ou Pelecanos. Un bon livre traduit par les fils Guérif qui connaissent leur sujet.