Joel Meyerowitz à Arles.

Publié

On peut encore voir l’expo de Meyerowitz à Arles. Celle-ci n’a rien à voir avec l’autre expo, parisienne, du même photographe à la galerie Polka. Ici le photographe montre des images en noir ou couleur, indifféremment. Il a commencé à réaliser des clichés aux couleurs acidulées montrant des lieux de bord de mer mais dans ce petit récap, nous retrouvons surtout l’artiste avec ses images de rues, de passants épinglés à l’arrache, de clichés insolites telle cette femme sous son séchoir à cheveux. Certaines photos proviennent de Los Angeles, d’autres de N.Y., d’autres encore de Londres, du New jersey. Il a même poussé, le pauvre, jusqu’à Fontainebleau. Proche des univers de Robert Frank et Cartier-Bresson, Meyerowitz est un photographe de niveau mondial qu’il ne faut pas rater, même dans une salle un peu riquiqui.

On peut en causer

Publié

Rock Hardi.

Publié

Marion Brunet / Vanda / Albin-Michel.

Publié

Moi chez SKA.

Publié

Barbès trilogie chroniqué à Le polar sonne toujours 2 fois

Publié

Le soleil sur ma tête par Geovani Martins / Gallimard.

Publié

Nuit sombre et sacrée par Michael Connelly / Calmann-Lévy.

Publié

Jimmy.

Publié

La fièvre de Sandor Jaszberényi / Mirobole.

Publié

Martin et Malet.

Publié

Nicolas et Mouloud.

Publié

Dragged Across Concrete de Craig Zahler.

Publié

Nevada de Laure de Clermont-Tonnerre.

Publié

The miracle of Sargasso Sea de Syllas Tzoumerkas.