Imago par Eva-Marie Liffner / Rivages.

Publié
liffner

Ce roman comporte trois moments de lecture. D’abord en 2000, Esmé Olsen, femme de ménage à L’institut des Etudes Historiques de Copenhague met la main sur des archives concernant un corps trouvé en 1938 dans une tourbière à la frontière germano-danoise. Elle se pique d’histoire, veut en savoir plus et se rend sur les lieux.

En 1938, un policier, un réfugié juif qui consigne les faits pour la municipalité et un professeur allemand extraient le cadavre embourbé. Suite à ça, le professeur descendu à l’hôtel disparaît.

La mort a été datée vers 1870. Et en avril 1864, sur le champ de bataille situé sur les lieux, les armées allemandes et danoises s’affrontent dans le froid et la précarité.

Cette fresque historique travaille sur la mémoire, les histoires avancent lentement. L’écriture de Liffner est descriptive, méticuleuse et elle nous tire vers le passé et le secret. C’est envoûtant mais un peu longuet. On pourrait peut-être imaginer ce roman dans une collection historique de 10/18 car ça surprend chez Rivages. Mais pourquoi pas ?