Ils étaient chouettes tes poissons rouges par André Vers / Finitude.

Publié
André Vers.

André Vers, aujourd’hui décédé, était un copain d’Hardellet, Brassens, Prévert.
On le redécouvre peu à peu comme certains ont pu l’être voici 20 ans : Guérin, Calet, Bove. Des éditeurs curieux sont toujours à l’origine de ces redécouvertes. Il s’agit d’un recueil de nouvelles courtes qui disent les petits métiers des années 50, des amours de bistrot, des histoires malicieuses qui effraient le bourgeois, de la sacralisation du pinard, bien sûr. Il y a du Robert Giraud chez André Vers et c’est un compliment. Quand il le veut, Vers soigne sa prose délicatement et, quand ça l’amuse, il joue les durs des fortifs, la gouaille au coin des lèvres. La couverture est chouette, comme les poissons, et la maquette impec, comme à l’habitude chez Finitude.

On peut en causer

Publié

Claude Mesplède. 1939-2018. On ne t’oubliera pas.

Publié

Doisneau et la musique.

Publié

La guerre est une ruse par Frédéric Paulin / Agullo.

Publié

Un soleil sans espoir par Kent Anderson / Calmann Lévy.

Publié

Onze jours par Lea Carpenter / Gallmeister.

Publié

Le sorcier par Jérémy Bouquin / in8.

Publié

Taupes.

Publié

Honoré. Mai 1968 / Mai 2018.

Publié

Polaroid.

Publié

Pandora 4.

Publié

Libération 68.

Publié

L’été circulaire par Marion Brunet / Albin Michel

Publié

L’héritage des espions par John Le Carré / le Seuil.