Hanni El Khatib.

Publié
Hanni El Khatib

L’album d’Hanni El Khatib se nomme Will The Guns Come Out. Dans un premier temps j’ai cru à l’écoute de Dead Wrong (ambiance sixties frelatée) qu’il s’agissait d’un remake de Jonathan Richman. Mais non. El Khatib est un rocker démantibulé qui avance, guitare acoustique en mains, et donne à sa voix, à ses mots, une tension inaccoutumée. Parfois une Gibson couine en retrait, un banjo donne de la caisse mais l’ensemble confine au minimalisme. La prise de son laisse les instruments exister sans nettoyage, un peu comme sur certains morceaux d’Amy Winehouse. Pour le reste, l’ambiance est Noire, on n’est pas là pour rigoler : Build. Destroy. Rebuild, Dead Wrong, Heartbreak Hotel, Garbage City, You Rascal You.

On attendait El Khatib sur les reprises de You Rascal You (Vieille Canaille) où il impose un beat lourd martelé et Heartbreak Hotel à la diction flutée pré-dépressive. Tout ceci tient aussi par la grâce du traitement de la voix qui se plie à la réverb, au vocoider.

Hanni El Khatib débarque donc dans le rock comme naguère Chris Isaak frappait aux portes du Rock épique. Retour aux sources, certes, mais en passant les titres à la broyeuse. J’adore.

On peut en causer

Publié

Maître de cérémonie.

Publié

Bye Bye Diego.

Publié

Rock Hardi.

Publié

Marion Brunet / Vanda / Albin-Michel.

Publié

Moi chez SKA.

Publié

Barbès trilogie chroniqué à Le polar sonne toujours 2 fois

Publié

Le soleil sur ma tête par Geovani Martins / Gallimard.

Publié

Nuit sombre et sacrée par Michael Connelly / Calmann-Lévy.

Publié

Jimmy.

Publié

La fièvre de Sandor Jaszberényi / Mirobole.

Publié

Martin et Malet.

Publié

Nicolas et Mouloud.

Publié

Dragged Across Concrete de Craig Zahler.