Ground XO par Hannelore Cayre / Métailié.

Publié

Leibowitz, avocat minable, s’est installé boulevard Saint Germain et donne asile à une ribambelle de confrères en quète d’une adresse prestigieuse. Parallèlement, sa tante meurt et il se retrouve héritier pour un tiers d’une propriété dédiée au cognac dans la région du même nom. D’emblée, il trouve une idée d’enfer pour relancer cet alcool : plaquer le breuvage sur l’imagerie rap : gangsta, bling bling, filles à poil et gros cubes. En sus, notre homme se confie par écrit à un psy chaque semaine et divague sur ses états d’âme.

Tout ceci peut paraître un peu too much mais Hannelore Cayre a trouvé le ton idoine pour dérouler les aventures hilarantes de son avocat. Qui plus est, elle distille une pensée plutôt saine : les rappeurs sont assez cons dans l’ensemble mais quand ils sont bons, ils sont très bons. L’instance judiciaire est encombrée d’imbéciles acariâtres mais ça on le savait. Et le monde du cognac est figé dans ses principes.

Hannelore Cayre mène tout cela avec une vraie bonne santé, une écriture rapide mais précise et un sens très fin des changements de registre, passant du parler gangsta à la confession au psy, des traditions du cognac aux discours show off des mondains intellos. Ce livre dense mais court n’obtiendra aucun prix car ici pas de flics et pas d’enquète. On se souviendra néanmoins longtemps de ces rappeurs s’escrimant à faire rimer cognac avec musak.