Gregory Crewdson / galerie Daniel Templon

Publié

L’accrochage des photographies de Crewdson s’intitule Sous la surface des roses. On retrouve donc ici les grands tirages du photographe. Inspiré par les cinémas fantastiques et les séries télévisées, Crewdson donne à voir des intérieurs américains habités par des vieillards catatoniques et médicamentés. Ou bien des extérieurs : parkings, supermarchés, rues sans âmes.

La technique du photographe est bluffante car tous les tirages paraissent sous exposés avec ici et là des moments de lumières rasantes. Evidemment, on pense de suite à Photoshop et c’est sûrement le logiciel utilisé pour arriver à cet effet. D’autre part, l’image paraît presque peinte par endroits et tire la photo résolument du côté de l’art et de l’oeuvre unique.

Aligné sur Lynch et Spielberg, l’univers de l’artiste est le contraire de celui d’un Jeff Wall qui, par ses accumulations mutines et lumineuses, parvient à faire sourire. Ici, nous sommes dans le sourd et près d’un monde finissant.

On peut en causer

Publié

Le diable rebat les cartes par Ian Rankin / Le Masque.

Publié

Janvier noir par Alan Parks / Rivages.

Publié

Irving Penn.

Publié

Le monde d’après par Jean-Christophe Chauzy / Casterman.

Publié

No limit.

Publié

Les biffins à Evry.

Publié

Honoré dans l’allée verte.

Publié

Dark Matter par Randy Newman / Warner.

Publié

Happy Days par Graham Hurley / Le Masque.

Publié

Memphis...yes, I’m ready par Dee Dee Bridgewater / Sony.

Publié

Circles à Marciac.

Publié

Les Gorgan par Mathieu Pernot.

Publié

Joel Meyerowitz à Arles.