Go fast de Olivier Van Hoofstadt

Publié

J’ai cru comprendre que faire un "Go fast" c’est débarquer avec une caisse bourrée de came et dispacher la marchandise en trois minutes. Ceci est montré au début du film, à Clichy sous bois, et les choses se présentent plutôt bien. On commence à douter quand les dealers tuent trois flics sans sourciller. Mais bon, nous sommes dans la fiction. Partant de là, le film verse dans une narration peinarde sur "comment remonter de la drogue en France en partant du Maroc avec une étape en Espagne". Un balai de voitures rapides commence à nous endormir et, pour suivre, la police fait montre de son énorme capacité à mettre tous les salauds au placard. La police veille, je suis rassuré.

En bref, un film calme, déjà vu, démonstratif quant aux procédures policières. Roschdy Zem est bon, comme d’habirtude, mais à mon sens son avenir est ailleurs. Pour le reste, je m’interroge sur les résultats en salle car au moment où j’écris, c’est Go fast qui a réalisé la meilleure audience cette semaine à Paris.

On peut en causer

Publié

Honoré. Mai 1968 / Mai 2018.

Publié

Polaroid.

Publié

Pandora 4.

Publié

Libération 68.

Publié

L’été circulaire par Marion Brunet / Albin Michel

Publié

L’héritage des espions par John Le Carré / le Seuil.

Publié

Sur un mauvais adieu par Michael Connelly / Calmann Levy.

Publié

Le diable rebat les cartes par Ian Rankin / Le Masque.

Publié

Janvier noir par Alan Parks / Rivages.

Publié

Irving Penn.

Publié

Le monde d’après par Jean-Christophe Chauzy / Casterman.

Publié

No limit.

Publié

Les biffins à Evry.