Eduardo Arroyo.

Publié

La fondation Maeght à Saint Paul de Vence expose Eduardo Arroyo. Considéré à juste titre comme l’un des fondateurs de la Figuration Narrative européenne, Arroyo montre ici une rétrospective de son travail depuis 1964. On retrouve ses thèmes de prédilection : l’Espagne bien sûr, un peu de toros, les hommes de la nuit, la boxe, la dérision et aussi l’absurde. La place est grande chez Maeght et Arroyo peut montrer de grands formats, loin des "60 figure" qu’on voyait dans des collectifs de galeries. Une salle présente des têtes hybrides, des pierres travaillées, du volume, donc, que j’ignorais s’agissant de cet artiste. L’exposition dure jusqu’au 19 novembre.
Dans les jardins de la Fondation : Anthony Caro, Calder, Penck, Ubac et bien d’autres mais pas Giacometti cette année.

On peut en causer

Publié

Le diable rebat les cartes par Ian Rankin / Le Masque.

Publié

Janvier noir par Alan Parks / Rivages.

Publié

Irving Penn.

Publié

Le monde d’après par Jean-Christophe Chauzy / Casterman.

Publié

No limit.

Publié

Les biffins à Evry.

Publié

Honoré dans l’allée verte.

Publié

Dark Matter par Randy Newman / Warner.

Publié

Happy Days par Graham Hurley / Le Masque.

Publié

Memphis...yes, I’m ready par Dee Dee Bridgewater / Sony.

Publié

Circles à Marciac.

Publié

Les Gorgan par Mathieu Pernot.

Publié

Joel Meyerowitz à Arles.