Des vies en prison par Claudie Guimet / Anne Carrière.

Publié
claudie

Claudie Guimet fut aumônière durant une vingtaine d’années dans les prisons françaises. Aujourd’hui, elle intervient en faveur des droits de l’homme au plan international. Elle livre ici ses souvenirs de religieuse protestante confontée quotidiennement aux hommes et femmes enfermés en maison d’arrêt avant d’être jugés et expédiés en Centrale. En suivant Claudie sur le chemin difficile des relations avec les détenus, on se rend compte que la plupart sont issus de milieux sociaux en déconfiture. Parents séparés, pauvreté, démission familiale, drogue, prostitution, manque d’éducation, chômage persistant. Nous connaissons ces mots mais quand ils trouvent leur conclusion au fond d’une cellule, chez un jeune attendant d’être jugé, ça glace.

Ce que l’aumônière cherche chez son interlocuteur c’est la présence d’un regret, religion oblige, mais c’est assez logique car regretter c’est comprendre et peut-être éviter la récidive.

On apprend dans ce livre que les surveillants ne sont pas tous des salauds mais que le manque de budget détourne la prison de son projet rééducatif au départ. On ne fait plus que dans la garderie musclée là où il faudrait investir dans des libérations avec bracelet électronique, des ateliers extérieurs surveillés. Il est plus facile de parquer 600 personnes avec quelques matons dans un blockaus. Et, en plus, ça coûte nettement moins cher.

Claudie Guimet ne fait pas l’erreur de penser que tous les détenus sont des mecs hyper sympas et innocents mais son statut la porte vers la compréhension, sans tomber dans la niaiserie. J’ai aimé ce livre qui nous apprend beaucoup de choses sans militer et dans une langue simple mais efficace.