Debout dans la tombe d’un autre de Ian Rankin / Le Masque.

Publié
Ian rankin.

John Rebus est confiné dans un service d’ex-policiers à la retraite occupés à résoudre des affaires non résolues. Ca occupe John entre deux séjours au pub. Une femme vient se plaindre de l’inaction de la police depuis la disparition de sa fille voici une dizaine d’années. Du coup, Rebus s’intéresse à l’affaire. D’autres disparitions situées dans la même région remontent à la surface et le CID se mêle de l’ensemble. Siobhan Clarke, l’ancienne équipière de Rebus, se retrouve à faire équipe avec John qui est sous l’oeil inquisiteur de Malcom Fox. Celui-ci est l’équivalent d’un directeur de la police des polices française.

John avance dans la brume écossaise à coups d’intuitions, d’enquêtes à l’ancienne, sans génuflexion au numérique. Il se fait des copains dans son genre (A partir de trois pintes le monde devient phosphorescent) qui lui donnent un coup de main pour venir à bout du tueur en série de l’A9.

C’est la meilleure nouvelle de l’année : Rankin a viré Malcom Fox qui n’est plus dans ce roman qu’un abruti limite nazi. Rebus et Siobhan sont de retour, impeccables. Dans les dernières pages, on comprend que notre écossais préféré pourrait être réintégré à la brigade criminelle. C’est tout bon. Par contre, l’épisode torride mettant John et Siobhan corps à corps sur un matelas crasseux n’est toujours pas prévu par Rankin. D’un autre côté, ça entretient le suspense. En bref, bon roman, bien foutu. L’atmosphère boueuse renvoie à Southcliffe, la série qui passe en ce moment à la TV (Canal séries, il me semble).