Daido Moriyama / Actes Sud.

Publié
Daido Moriyama.

La collection Photo Poche d’Actes Sud publie une monographie du photographe qui vient s’ajouter aux 90 déjà publiées, pour la plupart au Japon. En France, on connait Araki mais Moriyama reste un cas à part. Assez peu exposé car peu intéressé lui-même par le principe d’expo, il photographie dans le but de confectionner des livres d’où le nombre impressionnant de photos publiées. Depuis quelque temps, Moriyama se rend compte que, pour exposer, il faut présenter autre chose qu’une photo agrandie. Il propose donc en expo des sérigraphies argent et noir. Ceci peut évoquer Warhol mais la différence tient dans les photos du japonais qui sont excellentes. La galerie Polka expose en ce moment les dites sérigraphies.

Dans ce Photo Poche, les images son reproduites comme dans tous ses livres : sans marie-louise blanche autour. Elles sont donc pleine page, à fond perdu. Les clichés agrippent le lecteur, étouffé par ce trop-plein d’images. Le traitement est toujours très contrasté et le grain amplifié, évoque une sous-exposition. Les japonaises à cigarettes succèdent aux chiens errants, les paysages zébrés de fils électriques cottoient les foules compressées, la nuit mange le décor, des strip-teaseuses se maquillent, les pubs japs montent aux frontons des boutiques. Moriyama, c’est un monde, un univers en noir et blanc et un traitement qui disent la violence des villes et la force du réel. L’objet coute 13 euros. Préface de
Gabriel Bauret.