Comme un secret ninja par Daniel Fano / Le Castor Astral

Publié

Ce recueil est composé de deux parties. La première propose des textes de forme poétique traditionnelle. Fano pose un regard sarcastique sur le monde et ses rapprochements sont des déflagrations textuelles. Il y a toujours eu chez ce poète une forte présence de l’Amérique, de ses codes, sa sémantique et elle revient ici en force. Blind Lemon Jefferson, Johnny Winter, Da Vinci Code, Glenn Miller,Magnum 460, Apollo 13 et bien d’autres. Les références du poète sont là pour faire vibrer la phrase, bien sûr, mais également pour mettre en évidence la dérision des valeurs US. D’autres également car l’univers du poète est très riche en références. Je risque de me tromper mais cette poésie me rappelle celle du Biga des débuts, en moins fatiguée peut-être, en tout cas plus hargneuse. Il y a une volonté très nette de faire entrer le monde entier et ses turbulences dans le poème. Les fans de polar retrouveront par moments des fragments évoquant le genre mais la distance est de mise ici, à l’inverse du travail de Caizergues qui, lui, charcute plus la barbaque. Ce segment est ambitieux mais réussi.

La seconde partie s’intitule Un album de miniatures et correspond à une commande de l’éditeur. Fano a composé une série de poèmes brefs (une phrase) qui évoquent les Haikus et agissent comme des notes, des croquis. Je recommande vivement l’ensemble de ce recueil et vous propose un texte de la seconde partie.

Cheveux coupés au carré

copie de Louise Brooks,

elle ne quitte jamais son téléphone

portable, elle fait comme si le

sang n’existait pas.