Cité de la Musique.

Publié
James Brown.

Je me suis coltiné la queue au vernissage de l’expo consacrée à la musique noire à la Cité de la Musique. J’imaginais des photos, des documents, des films ouverts à tous, bref de l’ambiance, du feeling. Pas du tout. En fait, quand vous arrivez au début de l’expo on vous donne un casque et un conducteur. Partant de là, vous faites la queue devant une multitude de spots et vous réglez votre casque sur le film ou la musique indiquée. Chacun dans son truc, chacun dans le silence, chacun dans le mépris de ce qui se passe à cinquante centimètres. Autrement dit le contraire de la musique live que je pensais être un/des moment de convivialité, surtout quand on parle de la musique black. Pourquoi réunir tout le monde Porte de Pantin pour que chacun se referme dans son monde ? Il suffisait de construire un site payant et, au moins, on pouvait écouter/voir tout cela dans un fauteuil en sirotant une bière. Pas debout, dans la bousculade et à Tataouine.

On peut en causer

Publié

Bye Bye Diego.

Publié

Rock Hardi.

Publié

Marion Brunet / Vanda / Albin-Michel.

Publié

Moi chez SKA.

Publié

Barbès trilogie chroniqué à Le polar sonne toujours 2 fois

Publié

Le soleil sur ma tête par Geovani Martins / Gallimard.

Publié

Nuit sombre et sacrée par Michael Connelly / Calmann-Lévy.

Publié

Jimmy.

Publié

La fièvre de Sandor Jaszberényi / Mirobole.

Publié

Martin et Malet.

Publié

Nicolas et Mouloud.

Publié

Dragged Across Concrete de Craig Zahler.

Publié

Nevada de Laure de Clermont-Tonnerre.