Beat Generation.

Publié

Depuis le 22 juin on peut voir au centre Beaubourg une expo consacrée aux acteurs de la Beat Generation. L’espace dévolu à l’exposition est important et donne envie de revenir pour se pencher à nouveau sur certains détails. On se rend compte que les idoles de notre jeunesse avaient préparé leur postérité car les photos abondent, les vieux cahiers manuscrits également et les éditions originales itou (ainsi que les vieilles fringues de Kerouac, sic). On peut contester la présence de tel ou tel ( Robert Frank et Plossu, par exemple) mais ceux-ci ne font pas tâche. C’est leur rapport aux Beat qui parait tiré par les cheveux. Deux choses me gênent : la discrétion de Lawrence Ferlinghetti alors qu’il fut un acteur majeur du mouvement et l’absence complète de Bob Kaufman. Néanmoins, vous avez de la chance car, sur le présent site, il vous suffit de taper sur le rectangle "famille" en page d’accueil puis de chercher Bob Kaufman. Vous saurez donc de qui il s’agit, avec en prime une interview de sa veuve.
Parallèlement à la présentation de Beaubourg, le producteur Frémeaux & Associés a sorti un triple album regroupant la musique préférée des Beat : le jazz. L’ensemble assorti d’enregistrements de lectures par Ginsberg et Kerouac, notamment. C’est Bruno Blum qui s’est chargé de cette édition musicale et il faut le féliciter car l’objet est de bonne qualité.