2011, dix moments forts.

Publié

A la Une du New York Times par Andrew Rossi (cinéma).

L’enjeu du numérique, le reportage-maison, le traitement de l’info, la version papier est-elle encore utile ? Tous ces thèmes sont abordés de l’intérieur avec, comme fil rouge, David Carr, reporter dur à cuire pas près de lâcher l’affaire.

Sallie Ford and The Sound Outside : Dirty Radio (CD).

Clin d’oeil fifities, voix mordante, hoquets hargneux, guitare aigrelette et un méli mélo rockabilly, jazz et soul chipoteuse. La fille évoque une adolescente de Boulder qui vient de rater son bac.

Une séparation par Asqhar Farhadi (DVD).

Un couple se sépare. La femme aspire à la liberté occidentale, l’homme veut rester dans la tradition. Mais un incident avec un couple ultracroyant dévoile tout ce qui bouge en Iran. Tourné comme un polar avec des comédiens crédibles.

Lawrence Block : Entre deux verres (livre).

Le retrour de Matt Scudder qui doit résoudre un crime interne aux Alcooliques Anonymes qu’il croyait pourtant bien connaître. Come back réussi de Block qui laisse choir son personnage de tueur. Tant mieux pour tout le monde.

Animal Kingdom par David Michôd (cinéma).

Film australien qui épouse un thème cher à James Gray : la famille est le lieu de toutes les saloperies. Une tragédie grecque avec une grand mère très proche de l’inceste. Sec et implacable.

Will the guns come out par Hanni El Khatib (CD).

Rocker minimaliste, El Khatib passe au broyeur de sa voix sur le fil des classiques genre You Rascal You ou Heartbreak Hotel. Guitare sucrée, prise de son près de l’os, diction cassée. Un choc au même titre que Chris Isaak en son temps.

James Lee Burke : La nuit la plus longue (livre).

On connaissait l’après Katrina (Treme) mais ici nous sommes en direct live. Robicheaux avance, la rage au coeur, dans les rues dévastées de La Nouvelle Orléans, essayant de faire mûrir une morale au sein de ce désastre. Intrigue un peu nébuleuse mais narration possédée.

The Goutte d’Or par Martin Parr (expo photo).

Le photographe anglais s’est fait ouvrir les portes du quartier, les rues de prière, les commerces arabes, les coiffeurs du samedi soir, les restos à couscous. Le peuple de Barbès est saisi au quotidien et Martin nous prouve qu’on avait raison de l’aimer.

Même la pluie par Iciar Bollain (DVD).

Un metteur en scène, son producteur et son équipe de tournage débarquent en Bolivie pour filmer l’arrivée des espagnols en Amérique et l’asservissement des indiens. L’un de leurs acteurs locaux se bat au quotidien car le gouvernement coupe l’eau aux plus pauvres. En fait, rien n’a changé. Sous-évalué à sa sortie.

Eddy Louiss. Parc Floral de Vincennes (concert).

Un dimanche de juin, Eddy et sa fanfare multicolore propose un concert gratuit sous un dai. La musique d’Eddy vient des iles et délivre un jazz chaud, festif, lumineux. Un moment magique.