On peut en causer



Dark Matter par Randy Newman / Warner.

Publié dans la rubrique On peut en causer

Pour son récent album, le gars Randy a convoqué le ban et l’arrière-ban de la fine fleur des musiciens de studio de L.A. J’ai compté 18 violons, 4 trompettistes, trois trombonistes et j’en passe. S’ils sont syndiqués, je n’ose penser au coût de l’enregistrement. Côté musique, Randy ne perd pas la main : piano de bastringue, violons diaphanes, voix nasillarde tellement émotive, évocations de musiques de (...)


Happy Days par Graham Hurley / Le Masque.

Publié dans la rubrique On peut en causer

Nous sommes toujours à Portsmouth où Bazza Mackenzie, le mauvais garçon de la ville, se présente aux élections. Winter, son adjoint, décide de faire tomber Bazza pour sauver sa tête et reprend contact avec la section des crimes graves. Winter est un ancien flic qui connait la chanson. Le roman est donc centré sur la campagne vaguement politique de Mackenzie et le plan ourdi par Winter. Comme à (...)


Memphis...yes, I’m ready par Dee Dee Bridgewater / Sony.

Publié dans la rubrique On peut en causer

Dee Dee, chanteuse de jazz, est née à Memphis et, pour cet album, elle a renoué avec ses racines et les Royal Studios de la ville. Sur cet album, la chanteuse essaie de lier soul, blues et rock et d’enrober tout cela dans des arrangements plus jazz. Le guitariste, Garry Goin, n’est pas mauvais et les cuivres sont bien menés. L’ensemble est dirigé par John Stoddart qui a écrit les arrangements et (...)


Circles à Marciac.

Publié dans la rubrique On peut en causer

Anne Paceo présentait son album Circles voici peu à Marciac. Elle était entourée de Leïla Martial, chanteuse de classe mondiale, de Christophe Panzani aux sax, de Tony Paeleman aux claviers, elle-même étant la batteuse que l’on sait. Fortement influencée par un voyage en Birmanie, ses compositions s’en ressentent parfois mais le ton du concert oscille entre électro, pop, jazz et le tout est marqué par (...)


Les Gorgan par Mathieu Pernot.

Publié dans la rubrique On peut en causer

Mathieu Pernot étudiait la photographie à Arles en 95. En quête d’un sujet, il jette son dévolu sur une famille rom de la ville : les Gorgan. Sédentaires par obligation car le père s’est fait retirer le permis de conduire, les Gorgan comptent, outre père et mère, huit enfants. La famille l’autorise à les photographier au long cours. Photos intimes, photos d’extérieurs, de fêtes familiales. En 1997, (...)


Joel Meyerowitz à Arles.

Publié dans la rubrique On peut en causer

On peut encore voir l’expo de Meyerowitz à Arles. Celle-ci n’a rien à voir avec l’autre expo, parisienne, du même photographe à la galerie Polka. Ici le photographe montre des images en noir ou couleur, indifféremment. Il a commencé à réaliser des clichés aux couleurs acidulées montrant des lieux de bord de mer mais dans ce petit récap, nous retrouvons surtout l’artiste avec ses images de rues, de (...)


Eduardo Arroyo.

Publié dans la rubrique On peut en causer

La fondation Maeght à Saint Paul de Vence expose Eduardo Arroyo. Considéré à juste titre comme l’un des fondateurs de la Figuration Narrative européenne, Arroyo montre ici une rétrospective de son travail depuis 1964. On retrouve ses thèmes de prédilection : l’Espagne bien sûr, un peu de toros, les hommes de la nuit, la boxe, la dérision et aussi l’absurde. La place est grande chez Maeght et Arroyo peut (...)


Pêche interdite par Denis Flageul / in8

Publié dans la rubrique On peut en causer

Je publie ces jours-ci dans la collection Polaroid une novella de Denis Flageul. Yvan est un marin breton. Il a récupéré 35 kilos de cannabis et ne souhaite pas partager avec les copains du port. Joss, son amie, va lâcher l’abattoir pour partir avec lui. Tout ça, c’est la théorie mais la réalité est plus compliquée. Un bon texte de Flageul qui connait son sujet. L’auteur est l’un des créateurs du (...)