The red riding trilogy, DVD, d’après l’oeuvre de David Peace.

Publié
david peace

On se souvient des livres de David Peace : 1974, 1980, 1983. Ecriture speedée, images de folie, dialogues au rasoir. Trois réalisateurs se sont donc attaqués aux sujets, pas facile, de la corruption policière dans le Yorkshire et à l’éventreur de la même région.

Dans 1974, traité en couleurs "d’époque", Edward Dunford, jeune journaliste spécialisé dans les faits divers, se lance sur la piste du meurtrier de jeunes filles. Il finit par rencontrer Dawson, gouape friquée, qui envisage pour Leeds une cité radieuse avec centre commercial, bistrots et autres lieux de consommation. Dunford est chassé de la ville, évidemment.

En 1980, les gros lards de la police du Yorkshire, nomment Peter Hunter, flic honnète, comme superviseur de l’enquète et de certains policiers jugés pas nets. Bien entendu, il s’agit d’un baton merdeux et Hunter se retrouve évincé après avoir été photographié avec son assistante dans les bras. C’est son adjoint, de Manchester comme lui, qui lui collera deux balles dans la peau. Tout ceci avec l’assentiment des flics du coin.

Dans 1983, le voile est levé sur les deux intrigues. Les flics du Yorkshire sont pourris jusquà la moelle et certains auraient plu à Adolf Hitler. Quant aux assassinats d’adolescentes et de prostituées, la chose semble imputée à un pasteur qui porte pour l’occasion le chapeau de la police. On assiste dans ce segment au retournement, dans le sens de la morale, du superintendant Jobson que tous ces crimes finissent par révulser.

Ce qui fait l’intérêt de cette série c’est que, contrairement à Twin Peak, par exemple, le dernier film informe sur le complot général. J’ai horreur d’être baladé par un imbécile qui ne sait même pas ce qu’il raconte. C’est une des constantes du film Noir : il faut savoir conclure. Quant au filmage, j’ai une préférence pour l’opus 1980, très cruel et qui montre des policiers prêts à toutes les saloperies pour se faire de l’argent. Quand les flics du Yorkshire se retrouvent pour boire un verre ils trinquent en gueulant bien fort "Pour le Nord. Ici, on fait ce qu’on veut".

L’ensemble est de qualité et vous retrouverez au passage des acteurs déjà vus dans des films plus connus. The Full Monty, notamment.