Jacques Monory / Galerie Maeght

Publié

Parallèlement à l’expo organisée au Mac/Val de Vitry, Maeght propose des toiles du peintre datées des années 70. Quand les formats pouvaient encore s’accrocher chez les particuliers. Avant, donc, les formats immenses dédiés aux musées. Les toiles sont issues de deux séries : Death Valley (1975) et Catastrophe (1976). On y retrouve aussi 3000 bombes (un pont vietnamien) et le bonze en feu de la série Souvenir. Les Catastrophes proposent des avions fracassés, des voitures en feu, des décombres de bord de mer. La death valley, mortifère et désertique, n’a pas bougé en trente ans. Toujours d’actualité ? Bien sûr car ces avions en miettes, ce feu, cette violence, renvoient au 11 septembre. L’expo aurait pu s’intituler Ground Zero, c’est peu dire. Monory travaillait en bleu, évidemment, mais le magenta pointait le bout du nez. Cette peinture glaçée qui parle de mort et de solitude accompagne depuis 40 ans les textes du polar. Sans sourire, Monory démonte le siècle, balançant aux quatre coins de la toile les pièces de son Meccano. Vous aimerez ça.

On peut en causer

Publié

Honoré. Mai 1968 / Mai 2018.

Publié

Polaroid.

Publié

Pandora 4.

Publié

Libération 68.

Publié

L’été circulaire par Marion Brunet / Albin Michel

Publié

L’héritage des espions par John Le Carré / le Seuil.

Publié

Sur un mauvais adieu par Michael Connelly / Calmann Levy.

Publié

Le diable rebat les cartes par Ian Rankin / Le Masque.

Publié

Janvier noir par Alan Parks / Rivages.

Publié

Irving Penn.

Publié

Le monde d’après par Jean-Christophe Chauzy / Casterman.

Publié

No limit.

Publié

Les biffins à Evry.