Perdido

Publié

C’est le titre d’un recueil de poèmes pratiquement terminé.
Pas d’éditeur pour le moment mais ça viendra en son temps.
En première planétaire, donc, les deux premiers textes du recueil consacré en grande partie au jazz :

New York. La ville ne dort jamais.
52eme rue, Harlem. Le Village, Soho. Ils marchent.

Le jazz est bruissant, attentif aux oreilles des guetteurs,

murmurant dans les caves. Planté dans les rames
underground.

Bruit du jazz.

Boogie Woogie, Boogie Woogie.

La ville ouvre ses bras. Façades de lumière. Traînées rouges

sur le bitume.

Dans les bas-fonds de la Grosse Pomme, ils se lèvent.

Caressent le bois des contrebasses,

suçotent les embouchures d’un sax, pianotent dans la brume.

Frottis frottis de balais sur des caisses endormies. Un jingle sur So What et

Remontent vers la lumière crue du matin.

Sur des scènes éphémères, des aliens torturés : les tordus du bleu.
Se donnent.

Joes’Pub. Patricia, les doigts en éventail ; loin, très loin de Chicago.

Une voix de rupture. Les mains s’anamorphosent et, au black,

l’inframonde retient son souffle.

Travaux en cours

Publié

Nouvelles du front.

Publié

Jackson.

Publié

Nouvelles du front.

Publié

Hound Dog a fait un rêve.

Publié

Hammett Détective / Syros.

Publié

Cinq cents nouvelles.

Publié

De A à Z.

Publié

Le Monde.

Publié

Transpiration.

Publié

Publications 2012.

Publié

Images.

Publié

Blog Peyraud-Villard.

Publié

Nouvelles du front.