J’ai été Johnny Thunders par Carlos Zanon / Livre de poche.

Publié

J’en parle car le livre de Zanon, paru en 2014, vient de paraitre en poche.
Francis, guitariste de rock, a connu son quart d’heure de célébrité à Barcelone. La bonne musique, les filles, la came, la déglingue, l’argent qui file, les gosses qui comptent pour des prunes. Maintenant, il a du bide et l’âge commence à faire ses ravages. Il envisage un avenir "normal" mais sans fric. Il retourne donc chez son père qui lui laisse son ancienne piaule, renoue avec sa soeur de lait, prend contact avec son fils qui ne l’attendait pas et tente laborieusement de renoncer aux plaisirs cités ci-dessus. Mais ça n’est pas simple. Contre son gré, il replonge dans les bas-fonds, la violence frappe à la porte et Francis se retrouve encore plus au fond du trou que lorsqu’il décida de revenir dans son quartier de jeunesse. Autrement dit, la rédemption c’est super dans les livres mais dans la vraie vie, c’est une autre histoire.
Zanon possède un bel univers. Il ne résiste pas, néanmoins, aux clichés du genre, concernant la rock-débine. Parfois la narration prend l’eau, se complique sans qu’on sache pourquoi. Il y a néanmoins un souffle et, je le redis, un univers de haut niveau dans ce livre. C’est ce qu’il faut en retirer. J’ai lu quelque part que Zanon était l’héritier de Montalban. J’ai lu une vingtaine de romans montalbanais mais je ne saisi pas le rapport. Zanon fait du Zanon, ne compliquons pas les choses.