Dodgers par Bill Beverly / Le Seuil.

Publié

On vient de me passer cet ouvrage mais dès la quatrième de couverture, ça commence mal. Un certain Pollock nous précise qu’il s’agit "d’un des plus grands polars littéraires". Ben, mon gars, si en plus c’est du littéraire, ça m’impressionne à donf. Ensuite, les éditeurs informent que Beverly a étudié à l’université en Floride (ils ne disent pas s’il a eu son diplôme) et que, maintenant, il enseigne la littérature américaine à l’université de Washington. Du coup, devant un tel concentré intellectuel, je me demande si, avec mon petit BEPC, je vais saisir le message du gars Beverly.
Comme je n’aime pas me casser le citron, je vais lire Marjorie suce comme une bête aux éditions du Con d’Or. Un livre attachant mais assez peu LITTERAIRE.